Le permis à points arrive en Algérie

le parc automobile algérien a doublé en 10 ans

A l’automne 2012, le permis à points entrera en vigueur en Algérie. L’année dernière 4.598 personnes avaient trouvé la mort sur les routes du pays. Si le chiffre se rapproche du nombre de tués en France, il ne faut pas oublier que l’Algérie compte deux fois moins d’habitants et cinq fois moins de véhicules. La situation politique des années 80 avait freiné l’insécurité routière, puisque le nombre d’accidents avait diminué de 50 %. Le monopole d’importation des véhicules avait aussi ralenti la motorisation des Algériens. Mais depuis une dizaine d’années, le parc automobile a doublé pour atteindre 6,5 millions de véhicules. L’obligation du port de la ceinture a permis de stabiliser le nombre de morts. En 2010, le nouveau code de la route avait durci les pénalités et autorisé le retrait de permis pour 3 mois. Durant le premier trimestre 2010, quelques 140.000 permis ont été retirés. Tous ces facteurs avaient eu pour conséquence une baisse notable de la mortalité. Les contrôles avaient donc été ralentis. Malheureusement les chiffres sont repartis à la hausse pour atteindre près de 4500 tués par an. Le permis à points prendra effet en novembre 2012. Le capital sera constitué de 24 points. En cas de perte totale, le conducteur deviendra « récidiviste » aux yeux de la loi et devra suivre une formation pour récupérer des points mais pourra continuer à conduire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *