Une visite médicale pour les conducteurs séniors

Une visite médicale comme en Suisse ?

getting back together

Après la catégorie des 18-25 ans, les séniors de plus de soixante-dix ans représentent le deuxième groupe à risque, sur les routes de France. Selon la Sécurité Routière, dans six accidents sur dix impliquant les séniors, les conducteurs sont responsables. Dans une quarantaine d’années, la population française sera constituée de deux fois plus de personnes âgées qu’aujourd’hui. Les automobilistes seront donc de plus en plus nombreux et très attachés à la liberté que leur confère leur véhicule. Samedi dernier, France 2 a diffusé un reportage qui évoque les accidents causés par des conducteurs âgés dont la vue et les réflexes étaient déficients. Ce reportage pose les questions dérangeantes : Combien d'accidents supplémentaires faudra-t-il avant d'envisager faire évoluer la loi ? » ; « Pourquoi les pouvoirs publics hésitent-ils encore à imposer des stages de contrôle et des visites médicales ?« . Avant la fin de cette année, le nouveau permis de conduire entrera en vigueur. Mais dans cette nouvelle mouture, le renouvellement du permis au bout de quinze ans ne prévoit toujours pas de visite médicale quel que soit l’âge du conducteur. De nombreuses associations se prononcent pour une telle mesure. Mais les pouvoirs publics hésitent à stigmatiser les séniors. De plus, les priorités fixées pour lutter contre l’insécurité routière ne concernent pas cette catégorie d’usagers. En Suisse, la visite médicale a été instaurée pour les plus de 70 ans. Les automobilistes helvétiques reconnaissent l’utilité de cette mesure mais évoque leur angoisse de ne plus pouvoir conduire et ainsi de se priver de leur liberté de déplacement pour rendre visite à leurs proches ou faire leurs courses

zp8497586rq
Notez cet article