Conséquences de la pollution sur les cyclistes

Pollution

Le vélo bon pour la santé ?

Une étude a été menée par le Trinity College basé en Irlande auprès de 32 cyclistes. Cette étude a voulu mettre en parallèle la pratique du vélo et la santé. L’effort physique oblige à prendre de grandes inspirations. Les cyclistes inhalent des particules fines qui pénètrent dans les poumons. On connaît les effets de ces particules sur la santé….  Cette étude ne nous apprend rien de nouveau. En 2011 déjà, une autre équipe de chercheurs s’était penché sur la question et affirmait que le déplacement à vélo en milieu urbain entraînait 2,3 fois plus de carbone noir dans leurs poumons. Mais en 2009, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France, Airparif publiait des résultats contradictoires. Cette association avait équipé des triporteurs d’appareils mesurant le dioxyde d’azote et les particules fines toutes les dix secondes. Les résultats ont montré que les cyclistes étaient entre 2 et 5 fois moins exposé à la pollution d’autant moins s’ils empruntent les pistes cyclables. En revanche, l’habitacle des voitures est un vrai foyer de pollution. On peut y trouver du benzène, de l’oxyde d’azote, des substances chimiques issues des revêtements intérieurs, des polluants biologiques… Le laboratoire d’hygiène de la ville de Paris a mesuré l’air d’une centaine de voitures : 41 % révèlent des composés organiques volatiles ; 23 % révèlent du formaldéhyde (puissant irritant des yeux et des voies respiratoires).  En ce qui concerne les conducteurs fumeurs, la revue Tobacco Control a passé au crible des trajets en voiture. Il apparaît que le taux de pollution par les particules fines de ces véhicules était trois fois supérieur aux taux maximum préconisé par l’Organisation Mondiale de la Santé.

 

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *