L’intervention du ministre de l’Intérieur sur la Sécurité Routière, part 4.

Enfin, l’éducation et la formation des conducteurs jouent un rôle essentiel pour obtenir une amélioration durable des comportements sur la route.

Le parcours d’éducation routière qui a été mis en place, à l’école primaire et au collège, permet de former progressivement les conducteurs de demain.

Il permet également de les sensibiliser, dès l’apprentissage des premiers gestes de la conduite, à l’importance d’une conduite responsable.

Pour renforcer ce continuum éducatif, il a été demandé à l’ensemble des recteurs, lors de la dernière rentrée de mettre en place des actions de sensibilisation dans au moins 7 % des lycées de leur académie.

A la rentrée scolaire 2012, cette sensibilisation pourrait concerner 50 % des établissements et formations par apprentissage, conformément à la décision du comité interministériel à la sécurité routière de mai dernier.

*

Mais une politique de sécurité routière efficace s’appuie également sur un partenariat étroit avec chacun des acteurs investis dans la réduction toujours plus forte de la mortalité sur nos routes.

Par ailleurs, les résultats obtenus depuis 10 ans n’existeraient pas sans l’engagement de centaines, voire de milliers de bénévoles, de salariés ou de fonctionnaires, dont le dévouement pour la sécurité sur nos routes n’est plus à démontrer.

J’en veux tout d’abord pour preuve l’investissement des collectivités territoriales, dont certaines initiatives afin d’améliorer la sécurité sur nos routes ou dans nos rues, que ce soit dans le domaine de l’infrastructure, de l’éducation, de la sensibilisation ou de l’incitation au respect du code de la route, ont été récemment récompensées par les « Echarpes d’Or » de la Prévention routière.

Je veux ensuite saluer l’action au quotidien des associations de victimes et d’usagers de la route qui œuvrent de manière significative et bien souvent exemplaire, en réalisant notamment pour les premières, un travail d’aide aux victimes et à leurs familles.

Elles contribuent par leur action de prévention auprès des jeunes, particulièrement en milieu scolaire, mais aussi en entreprises et auprès des séniors ou du grand public, à faire évoluer les comportements des usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes, motocyclistes ou automobilistes.

Je continuerai, en 2012, à encourager toutes les initiatives propres à améliorer la sécurité de nos concitoyens sur la route et examinerai avec attention toutes les propositions visant à renforcer la sécurité des déplacements de chacun d’entre nous sur notre réseau routier.

*

La sécurité routière est un défi majeur qui nécessite la mobilisation de tous les acteurs, de toutes les énergies.
Elle est l’affaire de chacun d’entre nous. Non seulement celle de l’Etat, des collectivités territoriales ou des associations mais également de chaque usager, de chaque automobiliste.

Le résultat de l’année 2011 montre qu’il n’existe pas de « seuil incompressible » du nombre de victimes de la route.
Je vous réaffirme ma détermination à poursuivre la lutte contre l’insécurité routière et appelle à une mobilisation, à une responsabilisation, de tous les français.

La lutte contre l’alcool au volant, le respect des limitations de vitesse et la formation des conducteurs font partie des voies de progrès dans lesquelles j’entends poursuivre mon action afin que l’année 2012 soit encore une nouvelle année de baisse de la mortalité routière.

Source : Sécurité Routière

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *