Le coût d’un abaissement des limitations de vitesse

compteur-vitesse

un coût récupéré par les PV

Selon le journal Les Echos, la réduction des limites de vitesse coûterait 9 milliards d’euros. Cette somme pourrait être récupérée sur les montants récoltés grâce aux différents PV. Cependant, il sera difficile de justifier cette dépense dans cette période de crise. Martin Valls a depuis longtemps montré sa volonté d’agir afin de faire baisser le nombre de morts sur les routes. C’est pourquoi il envisage sérieusement de réduire les limitations de vitesse. Selon un professeur de l’université de Paris XII, Rémy Prud’homme, réduire la vitesse des véhicules (et donc des conducteurs et des marchandises) aura des conséquences sur les chocs des accidents mais aussi sur les finances publiques, le volume des échanges commerciaux et donc la compétitivité des entreprises françaises. Légalement, l’intérêt d’un investissement de transport se calcule en fonction de son impact sur la mobilité et donc le nombre d’heures de transport économisées par an. Le coût du temps par voyageur et par heure est de 15 euros pour le mode routier. En cas d’abaissement de la vitesse on peut donc en déduire pour l’année 2012 :
565 milliards de kilomètres ont été parcourus en France à une vitesse moyenne de 90 km/h. Pour une vitesse de 85 km/h, la hausse du temps passé sur les routes sera comprise entre 8,16 et 8,64 milliards d’heures, soit 500 millions de plus qui entraînerait un surcoût de l’ordre de 7,5 milliards d’euros. Ce montant doit être supérieur si on tient compte du fait que ce sont les camions de marchandises qui passent une grande partie des heures sur les routes. Leur temps passé à rouler revient nettement plus cher. Une telle mesure pourrait donc atteindre 8 à 9 milliards d’euros par an.

Le coût d’un abaissement des limitations de vitesse
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *