Lavia, le mode d’emploi, part 2 !

Si ce dispositif doit un jour se généraliser en France et en Europe, cela ne se fera pas à l’improviste et non sans en avoir fait, auparavant, une évaluation exhaustive.

Au-delà des choix techniques qui pourront toujours évoluer au fur et à mesure des progrès techniques, c’est l’ergonomie du système, son acceptabilité par les conducteurs et son influence sur les comportements de conduite qui constituent les principales préoccupations.

Seule une expérimentation d’une ampleur significative mettant les conducteurs en situation réelle permettra d’obtenir des résultats pertinents. Les chercheurs ont donc conçu un plan d’expérimentation faisant appel à des conducteurs volontaires.

La phase de pré-évaluation sur les prototypes

Dans un premier temps, deux prototypes seront construits et testés sur une dizaine de conducteurs volontaires. Ils utiliseront le véhicule, pendant quelques heures, sur un parcours sélectionné. Ils seront accompagnés par des psychologue de la conduite et seront invités à exprimer leurs réactions à l’égard du système.

La phase d’évaluation sur la flotte

Dans un deuxième temps, une centaine de conducteurs se verront confiés pendant huit semaines chacun, un véhicule équipé du système LAVIA. Ces véhicules remplaceront le véhicule utilisé habituellement par ces conducteurs dans leurs déplacements quotidiens qu’ils soient professionnels ou de loisir.

Tout d’abord, le véhicule sera utilisé normalement sans que le LAVIA puisse être mis en service. Cette période sera mise à profit pour observer et mieux comprendre les habitudes du conducteur mais aussi pour le laisser s’adapter au véhicule.

Puis, le système pourra être utilisé dans le mode informatif, où seule une indication est fournie au conducteur sous une forme visuelle pour l’informer sur la vitesse limite du lieu où il se trouve et pour le prévenir en cas de franchissement de celle-ci.

Ensuite, les modes dits actifs débrayables et actifs non débrayables seront testés en alternance ; dans le premier cas, le conducteur peut décider de mettre le système hors service quand il le souhaite alors que dans le second cas le LAVIA est toujours en service (sauf en cas de recours au kick-down).

Source : Lavia

  • Il serait interressant de l’utiliser en premier dans les zones limitées ( 50/30..) ou il y a beaucoup d’accident de carosserie et parfois aussi pas mal de bléssés .

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *