L’alcool responsable de 16 % des accidents mortels en Suisse au moment des fêtes

Alcool au volant - sécurité routière

Empêcher à tout prix un conducteur ivre de reprendre le volant

La période des fêtes est souvent synonyme d’abus… Pour ces fêtes de fin d’année, en Suisse, l’alcool est responsable de 16 % des accidents mortels. Connaissez-vous votre responsabilité si un de vos invités provoque un drame ? Pénalement, la personne en ébriété qui conduit est responsable de l’infraction, quelle que soit la situation. En revanche, les personnes qui ont fait boire le conducteur (famille, amis, collègues…) peuvent se retrouver sur le banc des accusés. Ce sont des cas rares mais la jurisprudence évolue toujours. Et ces personnes  peuvent être condamnées en qualité d’instigateur à la conduite en état d’ébriété. Il en est de même pour les passagers qui monteraient avec un conducteur ivre. C’est comme si elles le soutenaient dans son action… Dans tous les cas, le mieux est d’empêcher le conducteur de repartir. Il faut agir pour éviter de se retrouver responsable par ricochet. Certains avocats sont plus nuancés prétextant qu’il n’existe aucune obligation juridique. Mais comment persuader une personne ivre de rester à la maison, de commander un taxi… ? Qu’en est-il des libertés personnelles ? Un avocat, Tony Donnet-Monay  met en avant un état de nécessité pour ne pas mettre sa vie en danger ni celle d’autrui. La responsabilité civile permet de savoir qui va payer les frais en cas d’accident. Dans le cas d’un conducteur ivre, la responsabilité civile indemnisera la victime lésée. En fonction du type de contrat d’assurance, l’assureur peut très bien réclamer une partie des frais engendrés par l’accident. Là aussi, on peut envisager des condamnations à l’encontre de personnes qui auraient favorisé la prise d’alcool (patron lors d’un pot d’entreprise).

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *