La sécurité dans les tunnels

Tunnel du Mont Blanc

Catastrophe du tunnel du Mont Blance : 39 victimes

Le treizième test de l’European Tunnel Assessment Programme (EuroTap) publie une étude sur la sécurité des 10 tunnels les plus encombrés d’Europe. Depuis plusieurs années, des améliorations notables ont été apportées. Il faut dire que la législation a imposé des rénovations en mettant en place des normes plus strictes. La directive de 2004 est la référence en ce qui concerne les contraintes de sécurité minimale pour les tunnels routiers transeuropéen. D’ici à 2019, ceux-ci devront assurer une sécurité optimale. A la lecture du rapport, le tunnel de Tauem en Autriche et celui de Roer aux Pays-Bas ont reçu la mention « très bon ». La mention « bon » a été accordée pour : Schweizerhalle en Suisse, Allach et Wattkopf en Allemagne, Dervio, Colle Capretto et San Pellegrino en Italie. Les tunnels du Gubrist et d’Isla Bella en Suisse ont obtenu la mention « acceptable ». EuroTap considère que la sécurité pourrait être améliorée en axant le travail sur les voies d’évacuation et les systèmes de protection contre les incendies. De plus, ces tunnels ne possèdent pas de bande d’arrêt d’urgence, de haut-parleur, de portail ou de sorites de secours. Ces éléments sont indispensables à l’information des usagers pour les consignes en cas d’urgence. De nombreux accidents se produisent dans le  Gubrist qui est fréquenté par plus de 100.000 véhicules par jour. Les auteurs de l’étude concluent en soulignant la tendance positive de la sécurité dans ces ouvrages d’art.

La sécurité dans les tunnels
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *