La sécurisation des passages à niveau

passage à niveau

Forte baisse du nombre de tués en 10 ans

Aujourd’hui, en Haute-Savoie, se déroule le procès de la catastrophe du 2 juin 2008 : ce jour-là, un train reliant Evian-les-Bains et Genève percute un car scolaire. Sept collégiens sont tués et vingt-cinq autres sont blessés. Les passages à niveau seront donc au cœur de ce procès. A l’époque, le gouvernement avait élaboré un plan de sécurisation des passages à niveau qui prévoyait de diviser par deux le nombre des accidents en 10 ans. Un classement avait été effectué relevant 18.364 passages à niveau. 364 d’entre eux avaient été jugés préoccupants et prioritaires. L’année suivante, une centaine avait fait l’objet de travaux de sécurisation et 405 ont été améliorés. En 2010, on a supprimé 100 passages à niveau et 105 ont été aménagés. Au total, 105 millions d’euros  ont été consacrés à une nouvelle signalisation et à des barrières de protection. Cette somme a été allouée conjointement par l’Etat, RFF et les collectivités territoriales. En 2011, le montant s’élève à 43 millions d’euros et est destiné à la suppression ou l’amélioration des passages à niveau. Dans les départements de  l’Oise et du Nord, des radars anti-franchissements de passage  à niveau ont été implantés. Tous les jours, 16 millions de véhicules franchissent des passage à niveau. En 2011, on constate 104 collisions et 32 tués sur ce type de franchissement. C’est la plus forte baisse depuis 10 ans : en 2001, on dénombrait 55 tués.

La sécurisation des passages à niveau
5 (100%) 3 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *