Facebook, le nouvel allié de la gendarmerie.

Les réseaux sociaux réunissent des milliers de personnes sur la toile et on y trouve tout et n’importe quoi, comme mettre en ligne des vidéos mettant en scène des infractions au code de la route. Un motard du sud de la France en a fait récemment les frais comme l’a relaté le quotidien Le Midi Libre. Ce jeune motard de 24 ans « s’amusait » à faire flasher les radars automatiques, en ayant toutefois pris le soin de maquiller sa plaque d’immatriculation. Ses faits d’armes ne s’arrêtaient pas là puisqu’il roulait à pleine vitesse entre Montpellier et Lattes (170 km/h au lieu des 70 réglementaires), en dépassant les camions en roue arrière. Le petit jeu a duré quasiment un an, malgré de nombreuses recherches de la gendarmerie. C’était sans compter sur la ténacité du Chef de la Brigade Motorisée de Castelnau-le-Lez qui l’a repéré en pleine action, l’infractionniste étant en compagnie d’une seconde moto, elle équipée d’une vraie plaque d’immatriculation. Il a suffi aux forces de l’ordre d’aller sur le réseau social Facebook pour voir le profil de la jeune femme qui pilotait le second engin. Les enquêteurs ont trouvé des photos libres d’accès mettant en scène le motard fou.

Interpellé, il a reconnu les faits et s’est vu traduire devant le Tribunal Correctionnel pour utilisation de fausses plaques, conduite sans permis et mise en danger d’autrui. Notons qu’il avait déjà perdu son permis auto quelques mois auparavant pour conduite en état d’ébriété. La justice l’a condamné à six mois de prison avec sursis, confiscation de la moto, l’obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Il sera aussi jugé une nouvelle fois pour délit de grand excès de vitesse. On sait que facebook est l’ami de la jeunesse, mais le réseau social peut parfois être l’allié de la Gendarmerie Nationale.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *