Des passages piétons intelligents à Londres

oxford-street

Cohabitation parfois difficile

Cet été la mairie de Londres va tester des passages piétons intelligents. Cette mesure fait suite à la réflexion suivante : même lorsqu’il n’y a pas de voitures, les piétons doivent attendre l’autorisation de passage ; il en est de même pour les automobilistes arrêtés au feu rouge alors qu’il n’y a aucun piéton.

Les grandes villes rencontrent les mêmes problématiques concernant la cohabitation des voitures et des piétons. La durée des feux est prédéfinie selon les horaires. Mais à Londres, on constate des pertes de temps aussi bien pour les piétons que pour les automobilistes. Déjà dans le pays, il existe des compteurs de temps qui indiquent aux piétons combien de temps il leur reste pour finir de traverser le passage.

Une idée a fait son chemin : moduler les temps accordés aux piétons en fonction de leur nombre sur le trottoir. Et donc, cet été les passages piétons situés près des stations Tooting Bec et Balham vont servir de test. Le projet baptisé « Scoot pour les piétons » est sorti des cartons de la régie Transport for London.  Ce système est déjà en fonction pour les voitures à 3.000 intersections de la ville. Les capteurs surveillent le flux automobile, les feux se déclenchent pour fluidifier le trafic et donc réduire les embouteillages.

Pour les pétions, le système sera complété par des caméras qui comptabiliseront les piétons  situés dans une zone délimitée autour du passage. La durée du pictogramme vert pour piétons sera adaptée en fonction de leur nombre. Le but est que le plus grand nombre de pétions possible puisse traverser en toute sécurité. Les caméras seront reliées au bouton d’appel. Elles distingueront un piéton qui a déjà traversé d’un autre qui ne souhaite pas traverser. Ainsi la procédure d’appel s’annulera et les voitures ne seront pas arrêtées par le feu rouge.

La ville de Londres espère améliorer la sécurité des différents usagers et ainsi faire baisser le nombre de blessés et de tués de 40 % d’ici à 2020.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *