Conduire différemment selon les conditions climatiques.

Brouillard tenace, trombes d’eau ou chutes de neige… les intempéries perturbent les conditions de circulation et peuvent être source d’accidents.  Elles nécessitent une très grande prudence que quelques principes fondamentaux et règles à respecter doivent aider à mettre en application.

Les accidents par temps de brouillard, de neige, grêle ou verglas représentent moins de 1% des accidents mais ils sont généralement plus graves : avec le brouillard, la gravité est deux fois plus élevée que celle de l’ensemble des accidents et avec le verglas, 1,6 fois plus élevée.  En revanche, les accidents corporels liés à des conditions de pluie représentent 13 % des accidents.  La majorité de ces accidents se produit entre octobre et février.

Conduire par temps de brouillard

Le brouillard restreint la visibilité et vous devez alors réduire automatiquement votre vitesse et allumer vos feux de croisement et les feux avant et arrière de brouillard. Rappelons qu’avec une visibilité inférieure à 50 mètres, la vitesse maximale autorisée est réduite à 50 km/h, même sur autoroute.

Conduire par temps de pluie

La pluie rend la chaussée glissante, divise l’adhérence par 10, accroît les distances de freinage et restreint la visibilité. Il vous faut donc réduire votre vitesse (110 km/h sur autoroute, 100 km/h sur voie express, 80 km/h sur route), augmenter la distance qui vous sépare du véhicule vous précédant, allumer vos feux de croisement et, en cas de très forte pluie, les feux avant de brouillard.
Si votre vitesse est trop élevée, vous risquez l’aquaplaning : vos pneus ne peuvent plus évacuer l’eau et votre véhicule va glisser. Dans ce cas, il faut ralentir en évitant absolument de freiner.

Conduire l’hiver

Les conditions climatiques d’hiver engendrent parfois des changements brusques et imprévisibles de l’état de la route : vos pneus doivent être en bon état, au besoin, équipez votre véhicule de pneus hiver. Redoublez de vigilance, et notamment à l’abord des zones à risque (ponts, sous-bois,…).
Adaptez votre vitesse à ces conditions en la réduisant, utilisez votre frein moteur en descente.

Conduire sur la neige

En cas de neige, si vous le pouvez, éviter de prendre votre véhicule. A défaut, utilisez les équipements appropriés (chaînes ou pneus neige).
Il est bien évidemment obligatoire de réduire sa vitesse, mais aussi d’éviter toute manœuvre brusque et d’augmenter les distances de sécurité.

Quelques conseils de prudence

Dans de mauvaises conditions météorologiques, la conduite nécessite davantage de concentration. La tension nerveuse et la fatigue visuelle sont accrues. Il faut, plus que jamais, s’arrêter toutes les deux heures, voire plus souvent et attendre que les conditions de route soient meilleures pour circuler.

Les sanctions

Circulation par visibilité insuffisante sans éclairage : amende de 135 €, retrait de 4 points

Arrêt ou stationnement par visibilité insuffisante sans éclairage : amende de 135 €, retrait de 3 points

Non respect de la distance de sécurité entre deux véhicules : amende de 135 €, un retrait de 3 points.

Source : Saône-et-Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *