Qualité de l’air à Paris et à Marseille

La France doit continuer sa lutte contre la pollution

Le niveau de pollution des deux plus grandes villes françaises n’est toujours pas acceptable. L’Agence Européenne pour l’Environnement annonce pour ces deux filles 50 microgrammes par mètre cube en moyenne, par an. Avec ce taux, Paris et Marseille rejoignent Turin, Milan, Rome et autres villes tchèques, polonaises ou bulgares. Les transports seraient à l’origine de cette pollution de l’air. Cependant, l’Agence déclare aussi que de plus en plus de pays de l’Union Européenne ne dépassent plus les seuils d’émission de polluants atmosphériques autorisés. En 2010, 12 pays étaient en zone rouge ; ils n’étaient plus que 8 en 2011. Les 4 pays qui ont joué les bons élèves sont : le Danemark, Malte, les Pays-Bas et la Suède. Les limites règlementaires concernent le dioxyde de soufre (SO²), les oxydes d’azote (NOX), les composés organiques volatiles non méthaniques et l’ammoniac (NH3). La France, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, l’Espagne, la Finlande, l’Irlande et le Luxembourg se situent encore au dessus des normes. La justice européenne est habilitée à prononcer des amendes pour ces infractions. Pour l’instant, l’Europe encourage les pays à continuer de travailler pour réduire la pollution atmosphérique.

Qualité de l’air à Paris et à Marseille
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *