Les samedis de Bison Futé

bison futé

Les samedis du petit indien

En 1975 60.000 voitures se retrouvent bloquées dans un énorme embouteillage de 600 kilomètres sur la RN10. La même année l’Etat annonce la naissance de Bison Futé. L’antre de Bison Futé se situe à Rosny-sous-Bois dans le département de la Seine-Saint-Denis. Le Centre national d’information routière se compose de quelques ordinateurs et de gendarmes et policiers qui gèrent les journées classées « noires » dont le fameux samedi du chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens. Ici, pour annoncer l’arrivée d’un mail urgent, un coup de feu déchire le silence. Les hommes sont habitués…. Il faut aussi être à l’aise avec l’outil Internet pour compiler les informations sur des accidents ou des ralentissements sur le territoire français. Ces données proviennent des forces de l’ordre, des sociétés d’autoroute, des boucles magnétiques enfouies sous la chaussée qui comptent les véhicules et enregistrent leur vitesse et enfin des caméras de surveillance. L’information est relayée sur Internet, sur le numéro vert ou la radio  24 heures sur 24 et tous les jours de l’année. Le Bison Futé d’aujourd’hui s’est modernisé: la carte de France et ses aimants n’existe plus. Désormais, la tâche principale est l’élaboration du calendrier annuel avec les journées noires, rouges, organges et vertes qui commence un an à l’avance. Dès que les dates des vacances scolaires sont connues, les gendarmes et policier du centre utilisent leurs modèles mathématiques pour deviner, à partir des années précédentes, le trafic à venir. En suite les correspondants locaux sur le terrain sont contacter pour affiner les résultats.

Les samedis de Bison Futé
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *