Le permis à points arrive en Algérie

le permis à points en Algérie

Dans un mois, les conducteurs auront un permis à points

En Algérie, le 20 novembre prochain, le permis à points entrera en vigueur. Ce nouveau système vise essentiellement à réduire le nombre d’infractions commises sur les routes et le nombre d’accidents et de morts. Cependant, certains professionnels doutent de la mise en application du nouveau permis. En effet, selon le ministère des Transports, des moyens humains et matériels devaient être mis à disposition avant l’entrée en vigueur du permis à points. Or, aujourd’hui, ces moyens n’existent pas. Les assureurs avaient notamment demandé un fichier des mauvais conducteurs récidivistes. A ce jour, leur demande n’a pas été honorée. Ce nouveau permis comptera 24 points que le conducteur devra gérer. La commission d’infraction entraînera le retrait d’un nombre de points défini et l’automobiliste sera dirigé vers un « centre de recyclage ou de formation ». Le problème  réside dans l’absence de ce centre. De plus, les gérants d’auto-école éprouvent des difficultés à fournir une formation de qualité car il y a un manque avéré d’examinateurs chargés de contrôler la qualité des formations. Le nombre des candidats au permis dépasse largement les capacités des centres d’examen. L’Association de Prévention Routière en Algérie soulève un point du nouveau système : dans les autres pays, le permis est retiré lorsqu’il y a perte totale du capital de points. Ici, la loi prévoit que le permis sera retiré à la moindre infraction mais le barème des infractions n’a toujours pas été fixé.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *