La ceinture de sécurité souffle ses quarante bougies

Ceinture de sécurité

quasiment 100 % de port à l’avant

Le 1er juillet 1973, la ceinture de sécurité devient obligatoire pour les passagers assis aux places avant, le véhicule circulant hors agglomération. A cette époque, les défenseurs des libertés individuelles se sont insurgés contre cette mesure. Aujourd’hui, la ceinture est acceptée et a largement contribué à réduire le nombre de morts sur les routes. En 1973, la France est le premier pays pays européen à imposer ce dispositif. En 1970, les constructeurs se devaient de proposer leurs modèles équipés de ceinture. En 1972, la France compte 18.000 morts sur les routes. Le premier Délégué interministériel à la Sécurité routière Christian Gerandeau est nommé par Jacques Chaban-Delmas en 1972. Fraîchement nommé, il consulte un spécialiste en sécurité pour un constructeur automobile en lui demandant de travailler sur une ceinture de sécurité efficace. Un an plus tard, le dispositif est prêt. Le 28 juin 1973, le décret paraît. Quelques semaines plus tard, 80 % des automobilistes se sont soumis à cette obligation. A la fin de cette même année, le nombre de tués sur les routes avait baissé de 30 %. En 1975, la ceinture doit être portée également la nuit et sur les voies rapides urbaines. En 1979, le port de la ceinture est généralisé aux agglomération de jour comme de nuit. En ce qui concerne les places arrière, les passagers ne seront soumis à cette obligation qu’en 1990. Il est indéniable que cet élément de sécurité a joué un rôle essentiel dans la baisse de la mortalité routière. De nos jours, la ceinture est bouclée à presque 100 % à l’avant. En revanche, ce pourcentage baisse pour les places arrière, notamment lors de petits trajets.

La ceinture de sécurité souffle ses quarante bougies
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *